Léa c'est ma meilleure petite copine. Je dis pas "amie", hein, on se connaît pas depuis assez longtemps pour ça. Ça fait quoi ? je sais pas… moins de six ans, c'est sûr. Léa, la première fois que je l'ai vue, elle était si petite qu'on aurait pu la mettre dans sa poche et partir avec en courant ; pourtant il paraît qu'elle avait été encore plus minuscule un jour… mais j'ai du mal à y croire, je soupçonne sa maman d'en rajouter ; pensez ! Elle raconte qu'au départ, là-bas, sur l'île où elles vivaient, elle était obligée de lui mettre des habits de poupée ! pffff….

l_adedicacessen02La première fois, elle m'a regardée un peu bizarrement, étonnée par mes cheveux d'oiseau mal peigné et mon grand pantalon rouge. Pas de cadeaux avec elle, ses grands yeux noirs sur moi, je me sentais pas fière. C'était une loupe ce regard. Et puis quand même, je me suis mise à rire de la voir si sérieuse. Et elle ! Elle, au lieu de sourire gentiment comme l'aurait fait n'importe qui de son âge, elle a arrondi encore ses quinquets, a approché sa tête tout près de la mienne hilare, et a mis ses mains sur ma bouche pour l'ouvrir et regarder dedans, voir ce qui produisait ce bruit incroyable. Je ne m'en remettais pas ! Elle, secouée par un tremblement d'Annie force 8, demeurait imperturbable, explorant courageusement ce trou noir mugissant. Je m'attendais à tout moment à la voir sortir un carnet de notes de sa barboteuse et gribouiller quelques mots sur mon cas.

Léa… elle est devenue un peu plus grande, je ne crois pas que je la mettrais dans ma poche désormais, ou alors une grande poche. Elle ne s'étonne plus guère de mon rire, même si elle ronchonne que je fais beaucoup de bruit. Elle a des cheveux barbe à papa tire-bouchons qui sentent la vanille. Des fois, Léa me montre sa main, ou son genou, ou son cou et me dit : "j'ai un bouton" ou "j'ai un bobo". Je m'approche et je regarde, attentivement. Souvent, je ne vois rien du tout mais je fais semblant parce que sinon elle se fâche. D'autres fois, il y a une minuscule tête d'épingle rose sur sa peau lisse. Alors je m'exclame "ooooohhhh !" et elle est contente. Léa et moi on joue à têtête. On appuie fort nos fronts l'un à l'autre en se regardant très sérieusement dans les yeux (enfin, surtout elle… je ne parviendrai jamais à regarder aussi sérieusement qu'elle… brrrrr… rien que d'y penser…). Et puis y en a une qui crie, alors l'autre a peur et crie encore plus fort et on rit ! On rit comme des bossues ! On fait des dessins aussi, des coquelicots, des girafes et des bateaux avec des lapins dedans et des bébés lapins dans le ventre des lapins adultes. Et des poissons sous l'eau. Je lui raconte la Vouivre. Je lui dis de bien faire attention aux lumières rouges dans le ciel, le soir, que peut-être elle aura la chance de l'apercevoir volant entre deux baignades. Et forcément ! Vu que c'est Léa, elle la voit, et me raconte : "j'ai vu la vouivre, avec son rubis tout rouge !". Sa maman dit qu'il faut que j'arrête de lui raconter des histoires parce qu'après elle ne dort plus. Mais Léa ne veut pas que j'arrête et ses histoires à elle sont bien plus effrayantes ! Est-ce que je dors, moi, quand elle me les raconte ?

montagel_a3j

Elle dit aussi : "oh je t'aime annie". Et puis elle met ses mains autour de mon cou, et se colle à moi, elle pèse alors une tonne de plumes, je ronronne, sans oser respirer, ça va s'arrêter. Elle est rudement douce et belle. Elle a des doigts immenses qui pourraient jouer du piano, tricoter de la dentelle, faire pousser des fleurs. Elle n'aime pas avoir tort, ça non et des fois elle me guette de travers quand je lui dis qu'elle se trompe. A la mer, elle s'écrie : "oh maman ! j'ai eu peur ! j'ai cru qu'il y avait une grrrrrosssse tortue de mer… Heureusement, c'était toi". Léa ne dit pas : "j'ai été à la mer", Léa dit : "je suis allée à la mer". Elle sait même le conjuguer : "j'étais allée à la mer". Alors moi je la regarde comme la huitième merveille du monde. Qu'on ne lui dise pas non plus "un espèce de truc", elle serait fichue de s'énerver : "UNE espèce !". Et puis elle sait parfaitement comment on fait du feu à la manière préhistorique et ça ! ben ça, c'est pas donné à tout le monde. Il faut du silex, et puis une pierre à feu et puis de la paille et puis je sais plus parce que moi je retiens pas si bien qu'elle.

l_adedicacessen04

On cueille des framboises et des groseilles aussi, on va dans un grand jardin où on peut cueillir au lieu d'acheter bêtement, elle cueille, elle mange, elle mange, elle cueille, elle mange, elle mange, elle mange. Toujours très soigneusement, c'est pas une enfant barbouillée, pendant que je me mets du jus de groseilles partout sur mon pantalon blanc, elle reste impeccable. Léa est soigneuse, un chouia maniaque. Quand je cherche mes clefs partout en rouspétant, elle me conseille : "il faut les mettre toujours au même endroit et bien ranger comme ma maman, elle ne perd jamais rien ma maman". Oui ben eh !

Avec Léa j'ai 5 ans et demi, avec Léa à la prochaine rentrée, j'apprendrai à lire, avec Léa je fréquente les fées, les lutins, les monstres aux dents rouges. Personne n'a le droit de toucher à Léa. Pas même une chaise en plastique de jardin. Imaginez ! Léa, peinarde dehors, d'un coup se fait agresser sauvagement par une de ces chaises blanches toutes moches, l_adedicacessen01qui la griffe au mollet ! Qu'est-ce que je fais, moi ? Hein ? Je gronde, je deviens toute rouge, je m'exclame : "montre moi qui t'a fait ça !". Elle désigne la coupable en reniflant. Je fonce sur la méchante, l'engueule, la tape et comme décidément elle ne veut pas s'excuser, hop je la lance à travers le jardin. Elle se pète une jambe, bien fait ! Léa est épatée…. Elle réfléchit un instant et m'avoue qu'à son école il y a une fille qui fait rien qu'à l'embêter. On se sourit, assassines, on s'est comprises, la copine ne sait pas qu'elle a un contrat sur la tête, Léa doit l'imaginer déjà, volant sur un tas de compost. Avec Léa, des fois, aussi, on regarde les nuages en forme de chiens, de grands-pères, de savates, de pipes, de bateaux ou de poisson-qui-fait-des-cabrioles et quand on en a assez on invente des gâteaux. Parfumés et tendres, délicats. Tout comme elle.

Oui, Léa c'est bien ma meilleure petite copine.

Ecrit et illustré le 20/6/7 pour dedicacessen