marmotte01Ça me prend régulièrement après mon anniversaire, les jonquilles sont toujours trop loin, j'ai juste envie de me coucher et de me réveiller au printemps, en bref d'être… une marmotte.

Tu rentres dans ton trou en automne, il fait encore tiédasse en journée, t'es encore toute bronzée et surtout t'as mangé à t'en faire péter la panse sans penser à la balance, t'es obèse et c'est pas grave vu que t'as personne à séduire, ton projet immédiat étant de reposer tout ce gras. Faut juste que tu passes la porte de ton repaire, avec un chausse-pieds si nécessaire. Donc tu rentres, tu te laves les dents SI TU VEUX, tu te mets une bonne crème hydratante, tu vas faire pipi, tu décroches le téléphone tu tapotes ton oreiller en plumes, tap tap tap mmmmmm, tu fais "mlouirp" en bavouillant un peu et zou : au pieu ! et là. Ben là tu roupilles, tu dors, tu pionces, t'en écrases, tu ronfles, tu rêves, tu songes, tu pètes, tu te retournes, tu somnoles, tu comates, t'es plus là, quoi. Ta température corporelle chute, et tu t'en tapes royalement, tu fais ta longue nuit de bébé.

Et pendant ce temps…

Pendant ce temps : tu t'achètes pas des bottes pour l'hiver, tu vois pas les arbres griffus, t'entends pas les pompiers sonner pour te vendre le calendrier, tu dégivres pas ton pare-brise, tu fais pas la queue pour acheter de la Neutrogena peaux très sèches, tu t'enfiles pas d'aiguilles grosses comme des cure-dents sous les ongles pour décorer ton sapin, tu gadouilles pas dans la neige toute dégueulasse, tu mets pas de pneus neige, tu coupes pas du bois pour la cheminée, tu reçois pas des tas de personnes aux réveillons, tu te creuses pas la tête et le cœur du banquier pour trouver des cadeaux à tout le monde, tu te pètes pas la tronche sur le verglas, t'as pas l'onglée, t'as pas trop chaud sous ta doudoune dans les supermarchés, tu casses pas tes boules de Noël préférées en défaisant ton sapin déplumé, tu vas pas te massacrer une jambe au ski, tu te fades pas les rediffusions à la con des périodes de fête sur TF1, t'es pas obligée non plus de te battre pour le dernier chemisier rose cactus taille 68 en solde, ni de chercher un déguisement marrant pour carnaval, ni de faire sauter les crêpes, ni d'avaler une fève grosse comme un doigt et de courir aux urgences, tu chopes pas la grippe, ni aucun virus qui traîne dans les magasins ou à la poste, pour peu que ton anniv' tombe là, tu vieillis pas, t'as pas les pieds gelés, t'as pas le moral en berne en regardant le gris du ciel, tu n'as même pas l'ombre d'une idée que là, à quelques mètres, l'hiver se passe. Tu t'en ta-pes de l'hiver.

Economies d'antidépresseurs, de bouffe, de chauffage, d'étrennes, moi je dis : je veux être une marmotte.
Surtout que…

Au printemps, d'un coup, t'entends un doux pépiement dans les frondaisons, un rayon de soleil te caresse à travers les lames du store, tu t'étires, tu fais "mmmmmmmm", tu te lèves toute mouirf encore, tu vas faire pipi, tu te laves les dents, MEME SI TU VEUX PAS, tu rebranches ton téléphone, tu n'écoutes pas encore ton répondeur, tu fais une toilette de chat et tu sors sur le pas de la porte, ton café brûlant dans les pattounes. Tu regardes et partout c'est la fête du renouveau, des angelots passent dans le ciel en chantant "Pâques ! Pâques ! elle est ressuscitée"… les mésanges te font de l'œil, les ruisseaux clapotent en se réchauffant entre les pierres, les jonquilles sarabandent de Haendel, de jeunes mâles en rut te regardent concupiscemment. T'as l'embarras du choix. Faut dire que t'es devenue un canon ! t'as perdu tout ton gras, te voilà svelte à rendre malade de jalousie Kate Moss, ton poil soyeux à poussé et te fait une traîne emmêlée de fleurs, t'as pas le teint brouillé par les kilos de chocolat avalés, le temps d'un croissant, d'une douche et d'un déo 24 heures, et tu seras prête pour de folles parades amoureuses. Pas oublier de couper les ongles quand même. T'as pensé à acheter de la cire à épiler ?

Bref, il fait beau, t'es belle, le monde est à toi, l'hiver n'a pas existé, tu vis tout le temps en été, ton seul projet c'est copuler et dévorer. Oui : je veux être une marmotte.

Ecrit et illustré le 30/1/8 pour dedicacessen